Vous êtes ici : Sabaton French Divison » Concerts européens » Mémoires de concerts #5 / Anvers 2011

Mémoires de concerts #5 / Anvers 2011

Anvers, le 18 décembre 2011

La communication autour de ce concert avait été parfaitement rodée. Il était annoncé une soirée exceptionnelle, ponctuée de nombreuses surprises. Le choix de la Belgique pour conclure une tournée n’avait rien d’anodin. Il s’agissait alors (et toujours) d’un des publics les plus fidèles en Europe.

Étant au travail au moment de la mise en vente des billets, j’ai demandé à un bon pote (salut Chris!) de m’en acheter un également, craignant que ça ne parte trop vite. Ils sont partis en trois heures seulement, record pour l’époque.

Nous sommes arrivés sur place en tout début d’après midi. Il faisait déjà un froid de canard. Quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’une dizaine de fans étaient sur place dès 08h00 ! Nous avons eu la chance de croiser Daniel Myhr avant le concert. On a notamment pu évoquer le nouvel album (son titre, son design, sa date de sortie etc…) mais on sentait qu’il restait vague sur tous ces points (nous aurons l’occasion d’y revenir). C’est aussi à ce moment là qu’il a sorti son fameux alcool dégueulasse qui brûle les lèvres et la gorge dès qu’on a le malheur d’y toucher. D’ailleurs Daniel n’en est pas à son premier coup puisqu’il avait piégé les membres d’un autre groupe avec cette même boisson quelques mois plus tôt. Cette boisson s’appelle Essacher Luft.
Malheureusement, Daniel a été le seul que nous avons croisé avant le concert.

Nous avons eu la chance de récolter une information précieuse. Quelqu’un nous a confié qu’il fallait que l’on échange nos billets électroniques contre un vrai billet cartonné, avant l’entrée. Sans cette info, nous pouvions dire adieu à la barrière.

S’en est suivi l’habituel stress de l’ouverture des portes et le (désormais classique) rush dans la salle pour chopper un premier rang. Étant jeune et en bonne santé, j’arrive souvent à tirer mon épingle du jeu durant ces moments-là. Ce sentiment quand on réussit à poser ses mains sur la barrière et sécuriser sa place, c’est quelque chose de fort.

Blaze Bayley (ex chanteur de Maiden) ouvrait la soirée avec son groupe du même nom. Il déchaîna la fosse en allant faire crier la droite et la gauche d’un public bien décidé à réchauffer l’atmosphère. Quant à moi, je me laissais aller aux headbangs et savourait les solos de guitare. J’ai même eu la surprise de chopper un médiator.
Après une heure de bons et loyaux services (on notera les reprises de Maiden – Futureal & Man On The Edge), il était temps de laisser la place à la tête d’affiche.

Nous étions donc partis pour 30mn d’attente avant que « The Final Countdown » ne commence. Les suédois n’étaient même pas encore sur scène que deux personnes ont trouvé le moyen de passer au dessus de la foule. J’ai eu peur que ce soit un bordel monstre toute la soirée mais il n’en fut rien. Sur « Ghost Division » pas de pogo, pas de décérébré pour gicler tout le monde sur son passage et agripper à la barrière. Tout le monde restait à sa place et ce fut fort agréable.

Et Sabaton n’a pas attendu plus de 5 minutes avant de livrer la première surprise de la soirée.
« THROUGH THE GATES OF HELL ? »
AS WE MAKE OUR WAY TO HEAVEN, THROUGH THE NAZIS LIIIINES (accord aux claviers), PRIMO VICTORIA !!
Dans ma tête, j’étais-là : « ho les cons ! ». Ils étaient fiers d’eux, bien sûr.

Croyant qu’on pourrait un peu se reposer, ils ont enchainé avec 40:1 & Cliffs Of Gallipoli. Autant dire qu’après seulement 4 chansons, j’étais déjà dans un état pas possible. D’ailleurs nous étions nombreux à n’avoir plus de voix après ces quatre là tellement nous nous étions donné à fond sur des paroles devenues tellement cultes que tout le monde les connait entièrement par cœur.

C’est alors qu’est survenue la deuxième surprise : Joakim nous a demandé de choisir la prochaine chanson. Erreur mon cher Joakim….
Chacun y allant de sa proposition : UNION ! (salut François) METALIZER ! PANZERKAMPF !.
En fait il fallait choisir entre deux propositions. « Talvisota » contre « Back In Control ». Le procédé était simple : gueuler le plus fort possible à l’énoncé du titre. Classiquement, celle qui obtenait le plus de bruit serait jouée. C’est la première qui a gagné, satisfaisant le choix que j’avais fait.

À vrai dire, une bonne partie de la soirée, c’était à nous, (parmi les propositions offertes), de faire notre choix de set list.. Quel bonheur d’être acteur de son propre concert. Ce plan fut rendu possible par le fait que le line-up était le même depuis la création du groupe et que « seulement » quatre « vrais » albums étaient sortis.

 

 

Wolfpack a gagné contre Purple Heart, validant encore l’un de mes choix, même si je me suis dit « c’est con, j’aurai bien écouté Purple Heart live ». (Oui j’ai gueulé pour les deux, très utile hein -_-).

Wolfpack est tellement belle que j’en ai profité pour sortir mon nouvel appareil photo numérique et tester le mode vidéo. Le rythme posé de la chanson permettant à Joakim de se balader tranquillement sur la scène et de bien voir la foule. Il m’a alors vu en train de filmer, s’est approché de moi, a délicatement retiré la dragonne de ma main, tout en continuant de chanter et s’est mis à filmer toute la fosse qui n’a pas manqué de réagir. Avant de me la rendre, il a terminé par filmer son entre jambe, ce qui m’a bien fait rire. Je vous la laisse ici. On peut également voir qu’à 03:00 quelqu’un a remplacé l’eau de la bouteille de Joakim, par quelque chose de bien plus dégueulasse. Sa tête est marrant à voir.

 

À la fin de la chanson, il a vu au premier rang un drapeau de la 101eme division aéroportée américaine.

Il ne s’en est pas fallu plus pour que détonne « Screaming Eagles ». Si vous avez lu l’article précédent, vous savez à quel point je suis fan de cette chanson. Sachant que mes préférées de Sabaton sont les plus rapides et puissantes. Je me rappellerai toujours la sortie du clip. La production était grandiose, les images illustraient parfaitement le son, on s’y croyait.

Puis la foule a commencé à chanter le traditionnel : Ho oh Ho ! Appelant Swedish Pagans, qui a été entamée dans la foulée.

Tout le reste du concert n’a semblé être que pure réaction par rapport à ce que le groupe voyait ou entendait dans le public. Je n’ai plus souvenir d’autant d’interactions. Il y avait quelque chose de magique dans cette relation groupe / public.

Un drapeau avec écrit The Final Solution a été lancé sur scène. Joakim a fait appel à toutes les petites lumières individuelles possibles (téléphones portable, briquets) pour créer une ambiance grandiose. Quelle solennité ! C’était magnifique.

Puis Joakim a osé nous faire choisir «Into The Fire» et « Attero Dominatus ». Là je pense que la foule a franchement déconné. « Attero Dominatus » on l’a tout le temps. Et bien là encore cela n’a pas raté, le public a voté pour elle. Enfin il est tout de même difficile de se plaindre d’entendre « Attero Dominatus ». Cela a permis de reprendre un rythme soutenu après la belle balade précédente.

Puis Joakim nous a parlé d’un membre du staff qui travaille avec eux depuis longtemps et qui fait du bon boulot. Ce gars-là leur a demandé de jouer Purple Heart. Donc les déçus du premier vote en ont eu pour leur grade.

Ensuite la foule a scandé « Midway » mais ils nous ont dit qu’ils ne se rappelaient plus comment la jouer. On a alors eu droit à Mister Brodén nous parlant de sa fameuse machine / son outil de guerre etc… Comme cela faisait déjà 16 chansons de jouées, nous pensions tous à metal machine. Raté ! Metal ripper fut une énième surprise !

C’est à peu près à ce moment là que la salle s’est peu à peu laissée envahir par la magie de Noël. Deux membres du staff déguisés en pères noël apportant des petits sapins bien décorés, pour les déposer aux quatre coins de la scène.

En pleine chanson, ils ont également déposé une très grosse boîte en plein milieu de la scène. Dessus, il était écrit : « Merry X-mas ». Vu sa réaction, Joakim n’était apparemment pas au courant. Il a donc fini par ouvrir le « cadeau » à la fin de la chanson. Il a prit toutes ses précautions car il avait vraiment peur que ça lui pète à la figure. La dernière fois que j’avais vu une boite aussi grosse dans une de leurs vidéos, il s’agissait de quelqu’un à l’intérieur. Encore une fois cela n’a pas loupé. Il s’agissait en l’occurrence d’un roadie déguisé en père noël, qui venait apporter un message à Joakim.

Tout ceci pour une simple feuille de papier ?

Vu la tête qu’a fait Joakim, on a tout de suite compris pourquoi la mise en scène avait été tant soignée. Il montra très brièvement la feuille au public. Je lu « Emil » (le roadie de l’époque qui s’occupait des sounds check et des photos pour le merchandising), mais le reste était écrit en Suédois. Il montra ensuite la feuille à chacun des membres du groupe qui ont explosé de rire tour à tour. Enfin Joakim traduit le message en anglais : Emil a posé sa b… sur le micro. Bien sur tout le public était mort de rire. Et puis Joakim ne l’avait pas mal pris.

Ensuite nous avons eu le choix entre « White Death » et « Saboteurs ». Les deux chansons ont eu tellement de succès que personne n’a été foutu de dire laquelle serait jouée. Résultat, on a eu les deux 😀

Puis, quand nous sentions que la soirée touchait à sa fin, chaque membre du groupe s’est avancé vers la foule avec les bras plein de cadeaux (environ 5 à 6 / personne) pour les lancer dans la foule. Pär m’en a lancé un que j’ai attrapé. Dès réception j’ai su immédiatement qu’il s’agissait d’un T-shirt. Je n’ai pas pu m’empêcher de l’ouvrir. Il y avait d’un côté : l’emblème de l’album et de l’autre toutes les dates de la tournée mondiale 2010/2011. Malheureusement j’ai tout de suite vu qu’il était en taille S mais ça faisait tout de même un beau cadeau ! Au final, j’ai pu l’échanger contre le même mais à ma taille.

Un moment Joakim nous parlait de Noël et, (encore une fois) toute la foule s’est mise spontanément à chanter Jingle Bells. C’est beau autant de spontanéité et d’allant, chez autant de personnes en même temps. Je me rappelle qu’à un moment de la fausse neige est tombée sur scène, faisant pester Joakim : « on quitte la Suède pour fuir la neige et le froid et voilà qu’on nous en fout sur scène !(Rires).

Enfin, nous avons eu droit au traditionnel duo : Metal machine /Metal Crüe.

Après avoir posé les instruments, ils ont salués et en même temps qu’ils s’inclinaient, une bannière est tombée indiquant le titre exact, le design précis et la date de sortie du prochain album. Nous étions les premiers à connaître ces informations-là étant donné qu’elle la bannière n’a pas été montrée à Londres. Ils sont ensuite descendus de la scène pour venir nous voir. Ils se sont placés à l’endroit où sont habituellement les photographes. On a pu les remercier et les prendre dans nos bras. Ensuite ce sont eux qui ont « crowd surfé ». Après avoir fait un petit tour ils sont remontés sur scène, ont salué une dernière fois et sont définitivement partis.

Pendant ce temps Masters Of The World fut diffusé et, même après 2h de show intensif, le public était encore à fond en train de chanter.

Moi le premier d’ailleurs…

Sabaton concluait en toute beauté une année 2011 bien chargée. Et alors que le meilleur semblait à venir, nous ne sachions pas que 2012 allait être le théâtre d’un bouleversement majeur.

À très vite pour le prochain épisode

Aucun commentaire