Vous êtes ici : Sabaton French Divison » Concerts européens » PRÉSENTATION DE LA SABATON CRUISE

PRÉSENTATION DE LA SABATON CRUISE

Chaque année le groupe organise deux événements incontournables pour tous les fans. Nous vous avons déjà présenté le Sabaton Open Air (SOA), place désormais à la Sabaton Cruise.

Tous les ans, au milieu du mois de décembre, Sabaton affrète un paquebot pour un trajet aller retour  Stockholm ↔ Turku (sud-ouest de la Finlande, voir photo). Cet aller retour à travers la mer Baltique, prend un peu moins de 24h. Arrivés au port, nous avons découvert un grand terminal (type aéroport, voir photo ci-dessous), où de nombreux fans attendaient de pouvoir embarquer. Il faut d’abord se présenter au guichet pour retirer son ticket d’entrée (qui fait aussi office de carte magnétique pour les cabines à bord). C’est également juste avant de monter sur le bateau qu’est distribué le programme. Ainsi le « groupe mystère » le reste jusqu’au dernier moment. Petite déception passagère, puisque contrairement au SOA, nous n’avons pas de bracelet à attacher au poignet.

 

Après une fouille des sacs (alcool interdit), l’embarquement se fait dans la bonne humeur (comprendre que la chanson « Swedish Pagans » est reprise très fréquemment) et nous découvrons un bateau absolument immense, plutôt classe et riche en infrastructures qui poussent à la consommation : bars, restaurants, cafés, discothèque, supérette, boutiques, casino et évidemment salle de spectacle. Bien sûr, un grand stand de merchandising permet d’acheter beaucoup de produits Sabaton (singles, albums, coffrets, pulls et surtout les T-shirts de la croisière).

La découverte de la cabine est une excellente surprise. Gagnants du concours organisé au SOA l’été dernier, ma copine et moi entrons dans une cabine de catégorie B (valeur 135€ / personne pour une cabine individuelle). Il en existe de trois classes différentes : A / B / C. L’ouverture se fait rapidement à l’aide d’une carte magnétique. La cabine est dotée d’un climatiseur que l’on peut régler très facilement entre 5 et 30°C , d’un hublot, d’une douche, de WC, d’une TV (qui en plus des chaînes suédoises sous titrées anglais, permet de suivre en direct ce que diffuse une caméra placée tout en haut du bateau), d’un grand miroir, de deux couchages individuels et de beaucoup de rangements (voir photos).

                                    25975720_10155917807710350_1382468105_n[1] 20171218_191614

Alors que le départ du bateau s’est effectué à 19h30, l’ouverture de la salle de concert a eu lieu à 21h00 pour un premier concert de Sabaton programmé de 22h30 à 23h30. Nous découvrons une salle de spectacle de deux étages, composée en majorité de fauteuils, sièges et autres tables, d’une toute petite fosse et d’une scène de la taille de celles que l’on trouve dans des salles de 1000/1500 personnes. On aurait pu croire que le groupe mystère (en l’occurrence « Brothers Of Metal » cette année) allait jouer en ouverture mais à la place, l’attente se fait devant le même écran géant qui a servi sur la tournée « The Last Tour » et qui diffuse les clips des groupes programmés au prochain Sabaton Open Air. Malgré l’aspect promotionnel non négligeable (et qui m’a déplu), il faut dire qu’à défaut de première partie, ces clips ont mis une bonne ambiance car les « Powerwolf », « Battle Beast » ou encore  « Beast in Black » ont été repris en chœur par des fans connaisseurs et venus nombreux (environ 2 000 au total ; croisière complète en une heure malgré quelques cabines remises à la vente la veille du départ).

C’est donc devant des fans survoltés et impatients, que débarquent Joakim et sa bande. Récemment critiqués pour leur dernière tournée au caractère trop « orchestré d’avance », et saupoudré de production massive, ce concert s’avère être nettement plus humain. En effet, le décor est minimaliste, la scène proche de la fosse, et Hannes n’a pas sa batterie perchée au bout du monde. Ce côté « proche des fans » me rappelle avec grand plaisir les tournées de 2011 et 2012.

Passé la bande audio « In The Army Now » (Status Quo), le groupe fait son entrée non pas sur « Ghost Division » (non jouée ce soir-là) mais sur « Primo Victoria » (habituellement réservée aux fins de concert). L’idée est excellente car cette chanson, connue de tous, provoque une ambiance incroyable, mais la surprise fut un peu gâchée. Alors que Joakim aurait pu l’annoncer par un surprenant« Through the gates of hell ? » (comme ça a été le cas à Anvers en 2011), c’est l’écran géant (toujours lui…) qui a diffusé le même clip annonciateur que pendant la dernière tournée. Toujours concernant les écrans, en plus de l’immense, situé derrière la scène (et surplombée d’une caméra permettant à la foule de se voir en direct), il y en avait deux autres situés sur chaque côté et qui diffusaient le concert pour les fans qui n’étaient pas suffisamment bien placés, à l’image de ce qui se fait en festival. Ces écrans étant une nouveauté en 2017, pas sûr que ça soit se reproduise les éditions suivantes. Dernier mot concernant les technologies, le principal organisateur fut très (trop?) souvent présent que ça soit sur scène ou devant. Occupé à diffuser le concert en direct sur facebook. Bien pour les personnes devant leurs ordinateurs, moins bien pour les fans sur place, tellement ça a mobilisé les artistes et tellement l’aspect « promotionnel » était mis en avant.

L’ambiance générale du concert est vraiment très bonne. Alors que je m’attendais à un public très calme (comme les 4 autres concerts de Sabaton auxquels j’ai assisté en Suède), c’est en fait beaucoup d’étrangers (allemands, polonais, finlandais) qui hurlent, chantent et poussent. En face, Chris, Pär, Joakim, Hannes et Tommy reviennent de vacances et ça se voit ! Ils ont la forme, sont dynamiques et échangent avec les fans, sourires, clins d’œil et autres petits signes amusants (voir photo). Cette bonne humeur s’est traduite de plusieurs façons : quand Joakim annonce « Swedish Pagans » (en réponse à une énième réclamation de la fosse) mais que c’est Winged Hussars qui est jouée ou encore quand le groupe improvise différentes manières de jouer Swedish Pagans (façons doom, metal italien, country etc…).

Set 1 :

Primo Victoria
Sparta
Cliffs Of Gallipoli
Saboteurs
The Last Stand
Far From The Fame
White Death
Carolus Rex (version suédoise)
The Art of War

Après une heure de jeu, Sabaton nous quitte pour un entracte d’une heure. La scène devient alors occupée par « The Bombshell Belles ». Trois chanteuses/ danseuses habillées en tailleur cintrés vert kaki, façon deuxième guerre mondiale et assumant volontiers un sourire faussement potiche. Quand elles ont commencé à chanter, l’ambiance est rapidement retombée, le temps de rentrer dans l’atmosphère qu’elles nous proposaient. Mais il y a eu des hauts et bas pendant leur concert et finalement elles ont laissé une bonne impression. À noter qu’elles ont pu bénéficier des soutiens d’Hannes et Chris, restés longtemps sur le côté de la scène.

La quintet suédois revient sous les acclamations et les applaudissements. Alors que je m’attendais à un retour fracassant, la bande audio de « The Final Solution » se fait entendre. Merveilleuse idée de jouer en live cette superbe chanson, mais la jouer en première position d’un « rappel » fait qu’on met du temps à en ressentir l’émotion. Le reste du set 2 mettra en avant des titres bien plus dynamiques (The Lion From The North, Night Witches, Shiroyama) qui font la force du groupe depuis des années, même si j’apprécie toujours d’écouter « En livstid i krig » (A Lifetime Of War) en Suède. Magnifique balade pendant laquelle la salle est plongée dans le noir et où chacun est invité à éclairer au smartphone ou au briquet. Presque tous le monde ce soir la connaît par cœur et nombreux étaient les passages que Joakim ne chantait pas. Ce dernier a plus opté pour l’anglais que le suédois pendant les deux concerts, ce qui n’est pas toujours le cas au Sabaton Open Air. À noter que contrairement à la dernière tournée, le son était impeccable, avec un clavier nettement moins présent.

Après avoir salué, pris la traditionnelle photo de fin de concert et distribué baguettes et autres médiators, Sabaton quitte la scène sur «My Heart Will Go On », célèbre thème de « Titanic ». Manière comique de rappeler que malgré les concerts, on se trouve toujours sur l’eau, au milieu de la mer Baltique.

Set 2 :

The Final Solution
The Lion From The North (version suédoise)Panzerkampf
Blood Of Bannockburn
A Lifetime Of War (version suédoise)
Winged Hussars
Night Witches
Shiroyama
Swedish Pagans
To Hell And Back

Outro : My Heart Will Go On (Céline Dion – Titanic)

Après le concert, de nombreuses possibilités s’ouvrent pour faire la fête en musique. Mais à 03h00 du matin, c’est le chemin de notre cabine que nous avons choisi.

Alors que mon portable affiche 08h30, que j’ai la tête dans le cul et que les premières douleurs à la nuque se font cruellement sentir, j’aperçois à travers le hublot un paysage somptueux mêlant mer, îles, arbres, nuages et lever de soleil. Alors que presque tout le bateau est toujours endormi, nous nous équipons, et grimpons sur le « sun deck » (pont supérieur situé tout en haut du bateau et permettant d’admirer d’autant plus le lever du soleil). Voir photos ci-après.

En milieu d’après-midi (attention au décalage horaire Suède/Finlande). Sabaton a organisé une « signing session ». L’occasion de se faire dédicacer des albums, prendre des photos avec le groupe et papoter avec les membres. Le tout, après une heure d’attente environ. En même temps que la signing session a eu lieu le concert de « Brother Of Metal ». Groupe de Pagan/Viking/Folk Metal composé de 8 (!) membres : 2 chanteurs, 1 chanteuse, 3 guitaristes, 1 bassiste et un batteur. Les fans, (moyennement présents) ont pu entendre des titres dynamiques comme l’excellent « Prophecy Of Ragnarök ».

Au-delà des concerts, la Sabaton Cruise est l’occasion de se rendre en Suède au mois de décembre et ainsi d’apprécier un décor unique : lacs gelés, pleines enneigées, coucher de soleil à 15h. Summum du dépaysement, le premier soir, alors que nous roulions au milieu d’une forêt sur une route brumeuse, uniquement éclairée avec les feux de route, nous sommes tombés sur un élan majestueux, bien plus grand que la voiture, faisant sa petite vie au milieu de la forêt.

En plus des paysages, la Suède est appréciable par son avance dans certains domaines comme les moyens de paiement ou le civisme de ses habitants. Quel plaisir de rouler parmi des automobilistes qui ne klaxonnent pas, ne grillent ni priorités ni feux rouges et respectent les limitations de vitesse. Les rues sont propres, personne ne crache par terre ni ne jette ses mégots sur la voie publique.

Nous avons également visité le musée Vasa présentant l’incroyable vaisseau de guerre construit sous Gustave Adolphe (Carolus Rex) qui a sombré lors de son voyage inaugural en 1628 et qui est exposé quasiment intact après avoir passé 333 ans sous l’eau. Ce musée passionnant retraçant l’histoire du Vasa (de sa construction à son exposition, en passant par sa récupération au fond de l’eau) se situe juste à côté du musée nordique, qui lui est consacré à l’histoire du peuple suédois de sa culture depuis la fin du moyen âge jusqu’à l’époque moderne (merci wiki). Si vous vous rendez à Stockholm, il faut absolument visiter ces deux lieux absolument fascinants et très bien pourvus en matière d’équipement audio.

En conclusion :

Les +  :

Expérience unique
Dépaysement incroyable
Dernière façon de voir Sabaton dans un cadre à taille humaine
Possibilité (restreinte) d’entendre des titres rarement joués en live
Cabines très confortables
Très bonne ambiance générale sur le bateau et balance appréciable pendant les concerts.

Les –   :

Prix élevé (au final pour le prix d’un festival on n’assiste qu’à deux concerts, sans compter le déplacement depuis la France et la consommation sur place)
Croisière presque impossible à prévoir d’avance tant les cabines se vendent vite et que les dates tombent en semaine.

Cet article a pour but de vous faire un compte rendu complet de notre expérience à bord de la Sabaton Cruise et non de vous inciter à faire le déplacement. Si toutefois vous vous décidiez à sauter le pas, n’hésitez pas à nous demander plus de précisions par message privé sur notre page facebook concernant les détails d’ordre techniques (déplacements, coûts etc…).

Aucun commentaire