Vous êtes ici : Sabaton French Divison » Concerts européens » Sabaton au Knock Out Festival 2013

Sabaton au Knock Out Festival 2013

Tout dernier concert de la tournée Swedish Empire pour Sabaton avant de s’ enfermer en studio pour la création du successeur de Carolus Rex!

Après un concert de Doro très bien suivi par le public, pendant le changement de plateau, une partie de la foule s’en va tout simplement ! Surprenant quand on connaît la popularité de Sabaton en Allemagne. Ce n’est certes pas grand monde mais la différence d’affluence comparée au concert de Doro est assez flagrante pour être remarquée. Peut-être l’heure tardive a-t-elle eu raison des moins courageux (Sabaton joue normalement à 23h30 mais les minutes de retard se sont accumulées durant la soirée) ?

En tout cas ça n’empêche pas le public connaisseur d’ovationner le groupe suédois déjà bien avant son arrivée sur scène, les chants Sabaton, Sabaton ! commençant dès « The Final Countdown » qui ouvre traditionnellement chaque concert de Sabaton. Autre tradition du groupe, c’est « Ghost Division »qui ouvre les hostilités, directement suivi de « Panzerkampf », morceau plus rare qui est toujours plaisant à entendre en live ! Ce soir c’est la fête, Sabaton faisant le tout dernier concert de la tournée Swedish Empire qui a débuté en mai 2012 ! Après « White Death », le public commence a chanter les « wo-ho-ho » de « Swedish Pagans » qui semble pourtant ne pas être sur la setlist. « Pour une fois, vous ne voulez pas nous laissez choisir la setlist nous-mêmes ? » demande Joakim Brodén (chant), ce à quoi toute la foule réplique un énorme » No ! » forçant ainsi le quintet à jouer la chanson.

]VQIkucF

Sabaton et l’Allemagne c’est une relation à part principalement basée sur… la bière ! Les chants « noch ein bier » remplaçant souvent les « Sabaton » chantés dans les autres pays ce qui est amusant 5 minutes, mais qui l’est beaucoup moins après 30 comme le précise dès le début Joakim qui propose de boire une bière directement après « Panzerkampf » à condition que les allemands arrêtent de le demander. Cette demande n’est pas respectée par la foule qui continue à demander au chanteur de boire entre chaque chanson. Finalement la solution sera de renommer « Got Mit Uns » en « Noch Ein Bier », dans l’hilarité générale.
En parlant de bière, le groupe en a visiblement un peu profité avant de monter sur scène comme le prouve Thobbe Englund (guitare) avant « Cliffs of Gallipoli » en demandant, un peu gêné, s’il peut quitter la scène pour aller aux toilettes… Il s’en va en laissant sa guitare au chanteur qui s’amuse alors quelques secondes en reprenant les riffs de « Smoke on the Water » et de « Seek & Destroy » alors que Chris Rörland (guitare) se couvre les oreilles. À son retour, Thobbe nous annonce fièrement qu’il n’a pas eu besoin d’aller jusqu’aux toilettes et qu’il a trouvé une bouteille vide sur son chemin…

QgaRWk0

Si Joakim attire la plupart des regards, il ne faut pas oublier non plus les deux guitaristes et Pär Sundström (basse) qui jouent tous très bien, et qui se montrent, comme d’habitude très mobiles, courant d’un bout à l’autre de la scène, headbanguant et souriant aux premiers rangs (à ce propos, énorme coup de gueule aux « VIP » des trois premières rangées qui ne prennent même pas la peine de se baisser pour ramasser les mediators que Chris leur lance…). Pourtant aujourd’hui il y a une cinquième personne sur scène qui attire, elle aussi, un grand nombre de regards et surtout d’oreilles. En effet, Hannes Van Dahl, ancien batteur d’Evergrey, a fait son arrivée dans le groupe au poste de batteur permanent il y a quelques semaines et pour beaucoup de gens aujourd’hui c’est la première fois qu’ils voient le nouveau cogneur en action. Ce mot n’est pas un euphémisme tant Hannes frappe fort sur ses fûts, tout en déployant un jeu spectaculaire (sans pour autant en faire des tonnes inutilement). Il semble déjà très bien intégré au groupe, rigolant souvent avec Chris et Thobbe entre les morceaux. C’est d’ailleurs Hannes qui, plus tôt dans le show, a dit à Joakim qu’ils pouvaient jouer « Swedish Pagans » même si elle n’est pas sur la setlist. Un batteur déjà sûr de lui grâce à ses expériences précédentes et surtout un batteur rapide. Comme le précise d’ailleurs le chanteur : « Depuis que Hannes est dans le groupe, nous pouvons de nouveau jouer des chansons que nous n’avions plus eu l’occasion de jouer depuis que Daniel Mullback a quitté le groupe\ ». C’est le cas de « Screaming Eagles » qui suit directement pour illustrer cette déclaration.

qUBVtN2

Après « 40:1″, Sabaton quitte la scène à peine quelques secondes avant que l’intro de The Art of War » ne débute marquant le commencement d’un rappel hyper classique, quelque peu chamboulé avant « Metal Crüe »lorsque Hannes quitte sa batterie le temps de siroter une bière avec Chris et Thobbe, déclarant simplement à un Joakim étonné : « Je vais au bar »!

Un très bon concert de fin de tournée, par un groupe en grande forme qui nous a servi ce soir une setlist très proche d’un véritable best of même si encore une fois l’album The Art of War a représenté la plus grosse partie du set. Le rendez-vous est pris en mai prochain pour les premiers concerts en soutien du nouvel album !

Setlist de Sabaton :
• The Final Countdown (Europe) (Intro sur bande)
• The March To War (Intro sur bande)
• Ghost Division
• Panzerkampf
• White Death
• Swedish Pagans (demandé par le public en chantant l’intro)
• Uprising
• Gott Mit Uns (renomé “Noch Ein Bier”)
• Cliffs of Gallipoli
• Attero Dominatus
• Poltava (version suédoise)
• Carolus Rex (version anglaise)
• Screaming Eagles
• 40:1
Encore:
• The Art of War
• Primo Victoria
• Metal Crüe
• Dead Soldier’s Waltz (Outro sur bande)
• Masters of the World (Outro sur bande)

–OrmaGodden–

Aucun commentaire